Le premier été: 1881

Friedrich Nietzsche a séjourné pendant sept étés à Sils-Maria, dans la maison de la famille Durisch (1881 et 1883-88), où il occupait une chambre modeste. Après l’échec d’une cure au nord de l’Italie, à Recoaro, il s’était «à nouveau sauvé dans l’Engadine», début juillet 1881. «C’est ici (…) que, de loin, je me sens le mieux sur cette Terre.» Grâce au climat sec et ensoleillé des montagnes, le penseur si sensible aux conditions atmosphériques trouve un soulagement à ses douloureuses migraines souvent accompagnées de nausées. Il organise ses journées selon un programme strict alternant le travail et les repas mais aussi «5 à 7 heures d’exercice quotidien», avec de longues marches dans les environs, au cours desquelles ses carnets se remplissent d’annotations. Dès son premier séjour, lui vient une pensée-clé qui donne une nouvelle orientation à sa philosophie, «l’éternel retour», qui devint l’idée fondamentale de Ainsi parlait Zarathoustra.

Sils Maria, 1890 ca.