«Mon cher ami, je suis de nouveau dans la Haute-Engadine, pour la troisième fois, et je ressens que c’est ici et nulle part ailleurs que se trouve ma vraie patrie et mon nid.» (Friedrich Nietzsche à Carl von Gersdorff, Sils-Maria, fin juin 1883)